Jeudi 24 Août 2017
 

les evenements de l'integration
pubié le : 06-02-15

TABLE RONDE DE LA CEDEAO A DAKAR SUR LE DEFI DE L’EMPLOYABILITE DES JEUNES DIPLOMES

Des acteurs du monde universitaire et des chefs de file du secteur privé des Etats membres de la CEDEAO ont entamé ce jeudi 5 février 2015 à Dakar une réflexion destinée à trouver une solution à l’équation posée à ces milliers de jeunes diplômés qui arrivent chaque année sur le marché du travail à la recherche d’emplois de plus en plus difficiles à trouver.

Intitulée Table ronde sur les meilleures initiatives axées sur le marché entre le secteur privé et les universités et institutions de formation professionnelle de la région, cette rencontre de trois jours devra notamment produire un rapport sur les meilleures initiatives du secteur privé dans les centres de formation technique et professionnelle.

Des documents stratégiques sur les nouvelles interventions du secteur privé dans les universités et instituts de formation professionnelle et des critères d’engagement entre le secteur privé et les universités devraient aussi sortir de cette réunion, dont l’ouverture a été présidée par le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne du Sénégal, Mame Mbaye Niang, en présence de la commissaire Affaires sociales et Genre de la CEDEAO, Dr Fatimata Dia Sow.

Outre les universités et le secteur privé des pays membres de la région ainsi que des directions et structures de la CEDEAO, les participants proviennent également d’agences du système des Nations unies comme le Bureau international du travail, l’Unesco et l’Onudi, partenaires techniques et financiers habituels de la CEDEAO.

Dans son discours introductif, Dr Dia Sow a d’emblée relevé l’impact considérable des innovations scientifiques et des développements technologiques sur tous les aspects de la vie actuelle, d’où la nécessité, a-t-elle dit, de «rompre radicalement avec les vieilles méthodes et de nous adapter aux exigences de notre temps».

A cet égard, elle a rappelé l’adoption par la CEDEAO, en 2012, d’un plan d’action pour l’emploi des jeunes dont la mise en œuvre a été à la base de l’organisation d’une série d’ateliers de renforcement des capacités des Etats membres pour l’élaboration de plans nationaux en vue d’appuyer ces derniers dans la programmation de l’emploi des diplômés et la création d’emplois.

Pour sa part, le ministre sénégalais de la Jeunesse, après avoir souligné les nombreuses actions entreprises par la CEDEAO en vue de solutions pour un système de formation de qualité, a fait part des nombreuses initiatives développées par son pays pour faire face au chômage des jeunes, notamment le développement de conventions entre universités et employeurs ou la promotion de l’auto-emploi.

Pour Mame Mbaye Niang, le rôle du secteur privé ne doit plus se limiter à l’absorption des produits de l’enseignement. «Il sera plutôt un partenaire à part entière des Etats et des universités qui devra participer au choix des filières de formation, au financement de la recherche/développement, à l’accompagnement des jeunes par l’incubation et à l’insertion professionnelle», a dit M. Niang.

La problématique est que la région ouest-africaine ne manque pas d’universités et d’institutions tertiaires qui forment leurs étudiants et leur octroient des diplômes dans différents domaines et disciplines, faisant que chaque année des milliers de diplômés arrivent sur le marché du travail à la recherche d’emplois de plus en plus difficiles à trouver.

La raison en est que bien souvent, les qualifications ne sont pas en adéquation avec les besoins du marché. Même si les institutions ne sont pas à blâmer pour le fait que les diplômés ne répondent pas aux exigences spécifiques du marché du travail, il est maintenant nécessaire qu’elles apprennent à introduire des cours qui répondent aux demandes du marché du travail.

Pour renforcer cet élan, le secteur privé et d’autres partenaires au développement doivent être mobilisés pour soutenir dans les universités et institutions tertiaires des cours et programmes axés sur les besoins des sociétés, des industries et du marché du travail, en général.

La CEDEAO, à travers son programme de formation technique et professionnelle TVET, fournit une orientation et une formation aux acteurs de l’éducation dans ses pays membres pour les aider à initier une revue des programmes en vue de prendre en compte les tendances émergentes du marché du travail et de veiller à ce que les diplômés aient des emplois après leur formation et soient outillés pour monter des entreprises ou travailler en indépendants.

La table ronde de Dakar entre recteurs d’universités et chefs d’entreprises du secteur privé sera donc essentiellement une plateforme pour discuter de toutes les questions afférentes, échanger des idées sur les partenariats et convenir des critères de ces partenariats. Elle doit aussi adopter des stratégies de mise en œuvre dans les universités et autres institutions tertiaires de la région.




© 2013 - 2017 - Ministère de l'Intégration Africaine et des Ivoiriens de l'Exterieur - Tous Droits Reservé